Diversification alimentaire

Certaines recommandations nationales ne respectent pas les recommandations internationales (OMS) sur la durée de l’allaitement et l’âge d’introduction des solides. C’est le cas de la Suisse, le pays de Nestlé… Ces manquements sont énoncés clairement par l’Association Genevoise pour l’alimentation Infantile. Des chercheurs de plusieurs pays d’Europe ont démontré l’existence de conflits d’intérêt dans les recherches qui ont mené à ces recommandations. Voici leur publication, édifiante : ESPGHAN’s 2008 recommendation for early introduction of complementary foods: how good is the evidence ? (Cattaneo, A. et al., 2011)

Si l’on suit les menus pour bébés décrits dans les diverses brochures publiées par les organismes de santé publique (dès l’âge de 6 mois, voire 4 mois!), alors il y a de grandes chances que l’allaitement se termine avant l’âge d’un an. Ce sevrage, perçu souvent comme « naturel », est en fait induit par notre manière d’introduire les solides. En effet, le lait maternel à la demande est remplacé par les succédanés industriels à base de lait de vache dès un an, et une proportion importante de purées et bouillies remplace le lait maternel dans l’estomac de nos bébés. Rappelons que les menus préconisés par les brochures, ou professionnels, ne se fondent sur aucune évidence scientifique. Pour plus d’informations, se référer à mon mémoire (partie II.A « recommandations des organismes de santé publique », p.11).

La recommandation de l’OMS d’allaiter exclusivement jusqu’à 6 mois se basent sur des études qui comparent les durées de 6 mois à 4 mois. Mais il faut savoir qu’il n’existe pas d’étude qui compare 6 mois à 8 mois ou à 10, ou à 12. En effet, les premières études scientifiques sur le sujet ont été conduite à une époque où l’on introduisait l’alimentation solide très tôt, à 3-4 mois. Si l’evidence-based medecine avait commencé à se développer il y a plus d’un siècle, quand l’introduction des solides se faisait à 12 mois, on peut imaginer que les recommandations auraient été bien différentes !

Il a fallu beaucoup de temps, d’efforts, et d’études, pour passer de 4 à 6 mois. Et comme nous l’avons vu, même ce changement est encore contesté dans certains pays, puisqu’il n’arrange pas les firmes internationales de l’alimentation infantile, et donc, l’économie de nos pays…

Chaque enfant est différent. Certains marchent plus tard que d’autres ou parlent plus tôt que d’autres. C’est la même chose pour l’alimentation. Ici quelques conseils de la Leche League pour apprendre à faire confiance à notre bébé, reconnaître les signes qui montrent qu’il est prêt à manger autre chose, et vivre cette étape sans stress, dans le plaisir du jeu et de la découverte.

Alors, oui, écoutez avant tout votre enfant. Il y a mille et une manières de faire. Votre instinct et votre enfant seront les meilleurs guides !

Toutefois, si vous aimez les recommandations officielles, alors je vous conseille de lire les recommandations catalanes qui, elles, respectent les recommandations internationales et offre à l’allaitement maternel la place qu’il mérite en reconnaissant ses bienfaits pour la santé du jeune enfant.  Recommandations pour l’alimentation dans la période de petite enfance (0-3 ans) (en espagnol)

Publicités