Allaitement

Le démarrage de l’allaitement

J’ai pu observer lors de mes accompagnements toute l’importance des premiers jours dans la mise en place de l’allaitement. Il est donc utile de s’informer sur le sujet avant la naissance.
Rappelons que les croyances « je ne sais pas produire assez de lait », « mon lait n’est pas assez nourrissant »… sont des mythes. Des mythes qui datent d’une époque où les professionnels de la santé, faute de connaissances scientifiques sur le sujet, divulguaient des théories qui se sont avérées fausses avec le temps. L’anatomie du sein a été étudiée très tardivement. Les recherches permettent de nous améliorer dans la compréhension de la physiologie de l’allaitement, mais on est encore loin de tout savoir.

Si difficultés il y a, on peut chercher ce qui pourrait gêner mécaniquement le transfert de lait entre maman et bébé (position, succion, frein de langue…). Mais les problèmes les plus fréquents proviennent du fait que bébé ne va pas suffisamment au sein pour diverses raisons. Dans ce document de La Leche League France (2009), vous trouverez des informations précieuses: Allaitement à la demande, allaitement aux signes d’éveil. Le site de la Leche League est une mine d’informations de qualité sur l’allaitement, ou encore les publications du Dr Newman, dont certaines sont traduites en français ici.

Durée de l’allaitement

affiche-canada-allaitement-prolonge
Affiche de l’Agence de Santé Publique du Canada (2014)

L’OMS recommande une durée d’allaitement de 2 ans ou plus, et ceci pour tous les humains, quelle que soit leur origine ou lieu de vie. Or, dans nos pays occidentaux cette recommandation est peu relayée, notamment en France ou en Suisse. La communication se centre surtout autour de la durée de l’allaitement exclusif (6 mois), et la deuxième partie de la recommandation tombe dans l’oubli. Qu’en est-il de la durée totale d’allaitement? Quand arrêter? Existe-il une durée maximale qu’il ne faudrait pas dépasser? Beaucoup de couples  me posent ces questions dans la période post-natale. Il y a en effet un flou sur le sujet dans la communication des autorités de santé et des professionnels envers les familles.
Alors j’ai traduit les recommandations de l’Association Espagnole de Pédiatrie (2015), très complètes sur le sujet et bien référencées. A travers cette publication, le Comité d’allaitement maternel de l’Association Espagnole de Pédiatrie « souhaite soutenir les mères qui ont décidé d’allaiter, quel que soit l’âge de leur enfant, afin de contribuer à normaliser l’allaitement maternel au-delà d’une année.» Pour ceux qui lisent l’espagnol la version originale est ici.

Au fil des siècles, et presque dans tous les lieux du monde, l’allaitement a été la norme jusqu’aux 2-3 ans de vie. Ce n’est qu’au début du XXème siècle dans les pays industrialisés, suite à l’apparition et à la diffusion des succédanés de lait maternel, ainsi qu’à des changements sociaux, que se généralise le sevrage prématuré des bébés.

Or, les recherches en anthropologie biologique précisent que ce sevrage précoce n’est pas justifié du point de vue de la physiologie humaine. Elles estiment que la norme biologique humaine de la durée de l’allaitement entre deux ans et demi et sept ans. D’ailleurs, l’allaitement prolongé demeure aujourd’hui la norme en terme d’alimentation de l’enfant dans les sociétés «traditionnelles» et de nombreux pays en développement.d3bccb_c0405245d88d4946b543cb4d792a616b

Dans nos pays occidentaux l’allaitement  au-delà d’une année est une pratique minoritaire, les mères qui décident de continuer à allaiter leur enfant plus âgé se heurtent parfois à des obstacles ou même à un rejet de la part de la société, des professionnels de santé, et même de leur propre famille. C’est ainsi que le Ministère de la Santé italien s’est penché sur le sujet en publiant le document « Allaitement maternel au-delà d’une année de vie et bénéfices sur le plan du développement cognitif, affectif et relationnel de l’enfant », où il dénonce le fait que certains professionnels de santé encouragent au sevrage précoce en se basant sur des croyances infondées et sans tenir compte des bienfaits de l’allaitement dans sa durée. Il rappelle que les allégations souvent entendues à l’encontre de l’allaitement prolongé n’ont aucun fondement scientifique, et qu’il est bénéfique pour la santé de la mère et de l’enfant.

L’article que j’ai co-écrit: Quand l’allaitement prolongé est considéré comme inutile, bizarre, ou comique, paru dans la revue Sage-femme (avril 2016), résume la problématique autour de l’allaitement quand il dure plus d’1 an, 2 ans ou plus. Et les passionnés du sujet peuvent se référer à notre mémoire de fin d’études (août 2015) : Le vécu des femmes qui pratiquent l’allaitement maternel prolongé. Il ne s’agit aucunement d’inciter les femmes à allaiter ou à allaiter longtemps. Ce choix appartient à chaque femme. Il s’agit ici simplement d’informer, à la lumière des d3bccb_916301e0e0ee4f0182857ca4d372c975mv2connaissances scientifiques, pour permettre à toutes les femmes qui le souhaitent de pouvoir allaiter dans la durée en toute liberté. Espérons qu’un jour allaiter un bambin deviendra un geste naturel et banal, comme dans le reste du monde, et comme cela l’a toujours été dans l’histoire.

Allaiter enceinte et co-allaitement

Selon les recommandations de l’Association Espagnole de Pédiatrie (2015) sur l’allaitement prolongé, il n’y a aucun risque démontré de continuer à allaiter pendant la grossesse, sauf éventuellement dans des cas particuliers de menace de fausse couche ou d’accouchement prématuré. Voici un article très complet sur le sujet, qui informe du vécu des femmes : Allaiter enceinte, une aventure pleine d’imprévus. Le co-allaitement, qui consiste à allaiter deux frères ou sœurs, est également tout à fait possible, même si l’aîné a arrêté provisoirement de téter pendant la grossesse! Il existe un excellent livre sur le co-allaitement (Adventures in Tandem Nursing: Breastfeeding During Pregnancy and Beyond) mais qui n’existe qu’en anglais. Et sinon cet article de la Leche League présente les grandes lignes : co-allaitement, allaitement pendant la grossesse.

Allaitement et travail

Vous trouverez des informations utiles sur le site de « Promotion Allaitement Maternel Suisse« . Le document « Informations pour les employeurs« , très complet, convaincrait n’importe quel entreprise de l’intérêt de soutenir leurs salariées dans leur allaitement.

Les deux photos des bambins au sein sont prises par la photographe Monica Usero dans le cadre du projet « Mamiferas » ayant pour but de participer à la normalisation de l’allaitement maternel dans la société.

Publicités